Le chancre coloré du platane

Une menace latente pour notre patrimoine arboré

Marqueurs majestueux du paysage, les platanes communs qui animent nos parcs urbains sont menacés de disparition, victimes du champignon Ceratocystis qui les colonise et les asphyxie irrémédiablement. L’Île de France est d’ores et déjà touchée.

Groupe de platanes d’ornement sur les berges du Lac Inférieur au Vésinet. Crédit photo SIDSV, 2019.

Le platane commun d’Europe : un hybride
Le platane commun d’Europe trouve son origine par l’hybridation naturelle de deux variétés plantées dans les jardins botaniques au 17ème siècle : le Platanus occidentalis L, indigène aux États-Unis et le Platanus orientalis du Moyen-Orient. Les semis produits se sont multipliés pour donner le platane commun.

Ceratocystis un parasite insidieux
Hôte du platane Occidentalis, ce champignon aurait été introduit en France durant la dernière guerre mondiale via des caisses en bois de platane contaminé provenant des États-Unis. Les pouvoirs publics n’ont vraiment pris conscience de l’ampleur de sa progression meurtrière qu’à partir des années soixante-dix.

Sa progression géogaphique
Au fil des ans, il a successivement décimé les platanes communs des régions sud de la France (Côte d’Azur…), Rhône-Alpes (Lyon), la Nouvelle Aquitaine, les Pays de Loire (Nantes) et la Corse. Les autres pays d’Europe ne sont pas épargnés (Grèce, Italie, Suisse,…)

Départements touchés en France métropolitaine. Crédit photo Plante et cité.

Un premier foyer infectieux a été déclaré en Île de France au mois de Septembre 2019 : la ville d’Antony (Hauts de Seine) a été contrainte d’abattre des platanes par décision du préfet de région.

Platanes contaminés avenue R.-Aron à Antony. Crédit photo ville d’Antony.

Les platanes condamnés
Ceratocystis platani ne s’attaque qu’aux platanes. Il les condamne à une mort inexorable et les contamine sur une période pouvant varier de deux à sept ans. Il n’existe pas de moyen de lutte contre ce parasite classé « parasite de lutte obligatoire ». Les arbres attaqués sont systématiquement abattus.

Les alignements de platanes du Canal du Midi. Environ 42000 arbres classés au patrimoine naturel de l’Unesco en 1996. Plus de 20 000 platanes abattus depuis 2006. Le classement sera-t-il conservé ? Crédit photo Cnews.fr

La contamination
Ce champignon microscopique se propage depuis les blessures de l’arbre (racines, tronc, rameaux, coupes d’élagage, outils de coupe contaminés, rongeurs…) en se nourrissant de sa sève. Sa progression par le système d’irrigation est de 1 à 2m/an entraînant le dessèchement des feuilles, des rameaux, du tronc…La mort de l’arbre.

Dessèchement et mort généralisée des arbres. Crédit photo INRA.

La reproduction abondante des spores favorise la propagation et le développement rapide de la maladie (insectes xylophages, vent, eau, transport, élagages…). Les racines sont également les vecteurs de contamination des arbres proches par anastomose (soudure des racines). Le champignon résiste au gel et reste vivant plusieurs années en terre. Toute replantation de platanes ne pourra se faire avant dix ans. Les plantations d’autres essences étant possibles.

Les symptômes apparents
Quand les premiers symptômes se révèlent, il est déjà trop tard. Les feuilles se dessèchent et tombent. L’écorce des troncs et rameaux atteints par le chancre coloré reste adhérente. Elle présente de petites surfaces craquelées et boursouflées, aux contours de couleur bleu violacé et orange. Le décollement de l’écorce laisse apparaître une plage de couleur brune.

Le contour des blessures ne cicatrise pas en formant un bourrelet comme il se produit sur un arbre sain, mais présente plus généralement une nécrose.

Règles pour la prévention et la lutte
En France, le chancre coloré du platane est classé comme « danger sanitaire de première catégorie ». Ce classement va être étendu à l’ensemble des territoires de la communauté européenne très prochainement. En France, l’arrêté ministériel du 22 décembre 2015 (lutte contre le chancre coloré) définit les mesures de surveillance, de prophylaxie et d’éradication.
Le Guide des pratiques obligatoires (Lutte contre le chancre coloré du platane) édité par la Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (Draaf) d’Île de France aide au diagnostic et précise les procédures d’abattage très strictes pour éviter les contaminations en chaîne (périmètre de confinement, protections au sol, dessouchage, nettoyage des matériels avec des produits fongicides, etc…).
Toute contamination supposée d’un arbre doit être constatée par le service des Espaces Verts de la Ville qui en informe le préfet. Une analyse obligatoire est effectuée auprès d’un laboratoire habilité.

Un plant hybride résistant au chancre coloré?
A partir des années quatre-vingt, l’INRA engage des études pour obtenir des plants clonés issus du croisement de Platanus occidentalis L, qui vit naturellement avec Ceratocystis, et de Platanus orientalis sensible au champignon.
Les premiers plants résistants (« Platanor » Vallis Clausa) sont commercialisés par les pépinières « Rouy-Imbert » en 2006.
Au-delà de cette étape, la recherche continue pour « obtenir des clones résistants issus de géniteurs différents afin d’éviter une trop grande homogénéité génétique, source de risques toujours possibles pour les futures générations de platanes » (courrier de l’environnement n°53 INRA 2006).
Risque réel, puisqu’à l’âge adulte, un très faible pourcentage des arbres plantés (3 pour 1000 sur un ratio de 3500) s’est avéré vulnérable à la maladie (plantations du Canal du Midi, du Vaucluse… rapport de l’Anses, avril 2019).
« Platanor » n’est donc pas encore le clone miraculeux et sa plantation en site infecté est suspendue.

Rangées de Platanors Vallis Clausa replantés sur une partie des berges du Canal du Midi. Crédit photo internet.

Vallis Clausa est adapté aux parcs urbains, résiste bien à la pollution et autres maladies, notamment l’anthracnose (champignon Gnomonia vegeta qui envahit les cellules de l’arbre) et le tigre (insecte minuscule qui se nourrit de la sève des feuilles). Mais il reste sensible à Ceratocystis.

Conclusion

La proximité du foyer infectieux du chancre coloré déclaré sur la commune d’Antony(20 kilomètres à vol d’oiseau de la Ville-parc du Vésinet) nous pousse à nous interroger sur la vulnérabilité de notre patrimoine arboré.
Si aucun moyen de lutte contre la maladie n’existe, des pratiques de bon sens peuvent cependant limiter les risques de contamination. Celle-ci peut grandement être contrôlée par la qualité d’exécution des travaux d’élagage et la protection des racines lors de travaux de terrassements.
Le choix d’une entreprise professionnelle responsable –ayant connaissance des règlements et procédures d’intervention et de nettoyage des outils– est fondamental.
Les « élagueurs de passage » sont à proscrire absolument : la responsabilité du propriétaire est engagée en cas de contamination).
Le service Environnement et Espaces verts de la Ville est à même de fournir conseils et contacts.
Tout platane suspect doit être signalé : sral.draaf-ile-de-france@agriculture.gouv.fr

Sources documentaires

    • Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt (DRAAF) Draaf d’Ile de France.
    • Arrêté ministériel du 22 décembre 2015 relatif à la lutte contre le chancre coloré du platane.
    • Avis de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) – saisine n° « 2018-SA-0069 » avril 2019.
    • Fiches de l’INRA.